Posted on: Posted by: admin Comments: 0

 

Enrichit les plats des bons gras et des protéines alliées de la lignée qui aident à combattre les kilos en trop. Voici les raisons de manger plus

le poisson c’est l’un des aliments les plus présents dans les régimes minceur. Cet aliment est un excellent allié pour ceux qui ont besoin de perdre du poids. “Les variétés de poissons maigres comme le cabillaud, le mérou et le bar ont une faible teneur en calories et sont très riches en protéines de haute valeur biologique”, explique la nutritionniste. Marianna Tommasone. “Les poissons gras comme le saumon, le thon et le maquereau sont d’excellentes sources d’oméga 3, des graisses saines qui, dans plusieurs études, ont montré qu’elles pouvaient réduire les triglycérides sanguins, augmenter la sensibilité à l’insuline et favoriser la réduction de la graisse abdominale, surtout si elles sont également associées à des exercice physique “. Mais il y a d’autres avantages pour l’alimentation. C’est pourquoi manger du poisson vous aide à perdre du poids.

Réduit les crises de faim nerveuse

« Le poisson contient des acides aminés essentiels qui favorisent la production de neurotransmetteurs de bien-être. Il apporte du tryptophane, précurseur de l’hormone sérotonine qui régule l’humeur et lutte contre le stress », explique la nutritionniste Marianna Tommasone. “Grâce aussi à la présence simultanée de graisses polyinsaturées et de vitamines du complexe Bm qui augmente la production de toute une série de neurotransmetteurs qui ont des effets positifs sur le bien-être émotionnel”.

Favorise la satiété

“Le poisson, par rapport à d’autres sources de protéines d’origine animale, comme la viande et les fromages, a une teneur en cholestérol réduite (à l’exception des crustacés et des mollusques) et, en particulier la “graisse”, est plus riche en acides gras polyinsaturés (Oméga 3), les soi-disant “bonnes graisses” qui, avec des protéines de haute valeur biologique, donnent la satiété ».

Maintient le métabolisme en bonne santé

« Les protéines, les graisses et certains sels minéraux dont le poisson est une source sont essentiels au fonctionnement du métabolisme. L’iode et le sélénium, en particulier, aident la thyroïde à fonctionner au mieux et à produire les hormones T3 et T4 impliquées dans les processus métaboliques ».

Comment le cuisiner avec un régime

« L’idéal est de privilégier des modes de cuisson du poisson qui limitent l’ajout d’assaisonnements gras. Par exemple, la cuisson à la vapeur ou sous vide ou au four est préférée. De plus, il faut éviter des temps de cuisson trop longs, qui diminuent ses propriétés nutritionnelles et favorisent la formation de certains composés nocifs pour l’organisme, comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques et les amines hétérocycliques ». Pour rendre cet aliment plus l’allié de la gamme, l’expert conclut « l’idéal est de le combiner dans un même repas avec des légumes frais de saison, des céréales en grains et de l’assaisonner avec de l’huile d’olive extra vierge et des herbes ou des épices aromatiques, qui lui être aromatisé et limiter l’ajout de sel ».