Posted on: Posted by: admin Comments: 0

Une nouvelle aventure attend tous les lecteurs de La Cucina Italiana. Découvrez-le avec un invité très spécial.

Mercredi 27 mai, 9h41. “Juillet, juillet, juillet”. C’est la WhatsApp avec laquelle j’essaie d’impressionner Massimo Bottura. Nous pensions qu’il était temps désigner la cuisine italienne comme Site du patrimoine mondial immatériel – pas le magazine, juste la tradition culinaire italienne, et cette fois entièrement entière sans esprit de clocher, dans laquelle deux de nos amis à la p. 10 l’appellent “son extraordinaire biodiversité”.

Nous avons choisi de lancer l’application avec une série de chiffres invité modifié par les plus grands chefs du pays. Et nous avons décidé que le premier juillet devait être signé par lui. Mais cela ne réagit pas en premier: je ne vois que la coche bleue. Appelez ensuite pour me dire que c’est de la folie. Et je le comprends: nous sommes à la veille du 2 juin, jour de la République que Bottura a choisi comme date symbolique pour rouvrir leOsteria Francescana, trois étoiles Michelin, l’un des restaurants les plus célèbres au monde, et d’autres activités variées, telles que Maison Maria Luigia, sont sur le point de redémarrer après la pandémie. Mais j’insiste. Et le 28 mai, tôt le matin, il me rappelle. “Bien sûr que tu n’abandonnes pas, fille.” Pause (très longue). “D’accord, faisons-le.” Nous sommes donc partis pour cette merveilleuse aventure, avec un journal différent mais fidèle à lui-même.

Ce numéro est imaginé, cuisiné, photographié et écrit en un temps record selon la philosophie de Bottura, si proche de la nôtre. Mais c’est avant tout le coup de sifflet d’une nouvelle aventure: désigner comme site du patrimoine mondial – et il semble incroyable que cela n’ait pas déjà été fait – la culture culinaire la plus aimée au monde (l’artiste de renommée mondiale qui a signé la couverture, JR, c’est français pour dire). Le moteur tourne. Il y en a un à bord. Viens avec nous?

PS Merci Fidèle Usai car elle relève toujours la barre un peu plus haut, vers le ciel de l’Italie.