Posted on: Posted by: admin Comments: 0

Après Nolo à Milan, NAPA arrive. Naviglio Pavese chefs et restaurateurs se concentrent sur l’autodétermination dans le quartier

Le Naviglio Pavese est le canal de “retour”, il coule vers le Tessin, tandis que le Naviglio Grande alimente le Darsena. Le sens des eaux, cependant, raconte également l’attrait des deux canaux les plus connus de Milan et leurs destins défavorables.

Le Naviglio Grande est aujourd’hui le plus peuplé de clubs, restaurants et magasins. L’autre navire, celui de la via Ascanio Sforza qui apparaît aujourd’hui plus triste, avec des bateaux abandonnés et des locaux déserts, par rapport à ceux du jumeau, était cependant, jusque dans les années 1990, IL Naviglio, celui de la nuit, de la musique live, de la création du mythe de ce quartier de Milan. Voici Le Scimmie et la movida la vraie, des années 90, mais maintenant les gloires du passé semblent lointaines. Mais seulement si vous regardez le centre-ville, car au-delà, au-delà du boulevard périphérique, où la caserne des années 60 commence et où le charme bohème se respire très peu, c’est tout autre chose: de nouveaux clubs, restaurants et un groupe de restaurateurs et les commerçants qui ont décidé qu’il était temps de rendre à nouveau Naviglio Pavese grand.

NoLo c’est une invention de trois architectes à la recherche d’une marque de quartier, sur la fausse ligne de SoHo ou Tribeca (d’où la définition anglaise “NOrth of Loreto”) qui a pu réévaluer le quartier, jusqu’en 2016 plutôt populaire et périphérique. Cela a fonctionné et donc aussi de l’autre côté de Milan, ceux qui travaillent ici ont décidé de croire au droit à l’autodétermination des peuples et en créer un nouveau
Na.Pa est un Comité de commerçants, associations et citoyens nés dans le but de valoriser le quartier qui, au-delà du boulevard périphérique, longe le Naviglio Pavese. Un territoire qui mérite d’être connu et vécu pour son histoire, son identité et toutes les opportunités qu’il peut offrir.

Claudio Sadler, chef cuisinier et doc milanais, il est arrivé sur le Naviglio Pavese en 1996. «Ce furent les années de la navigation des antiquaires, des étudiants et des peintres. C’était le Naviglio le plus bohème et je voulais m’attacher à cette histoire. Puis ce canal vers la rocade de la viale Tibaldi est devenu commercial, le quartier de la vie nocturne. La vie nocturne milanaise y est née. ” En 2007, la recherche de plus d’espace apporte un restaurant étoilé et une trattoria moderne dans les espaces d’aujourd’hui. «Il n’y avait pratiquement rien ici», mais aujourd’hui, la position peut être définie comme devant Distreat et entre l’Osteria GrandHotel et Cantina Urbana. Cinquante mètres et deux banques où compter cinq adresses qui valent le détour. “Avec Distreat et l’agence Altavia, nous avons décidé de faire équipe et de donner la parole à notre quartier, une association”, m’avait-il dit en mars 2020, dès le début de la fermeture. En juillet Na.Pa., le projet de réaménagement urbain voulait donner vie à un territoire qui n’a été ressuscité pendant des années que par quelques casse-cou.

«Il est inutile d’agir seul, il faut donner la parole à un quartier qui autrement ne vit que grâce à la seule lumière d’un restaurant. Nous avons un esprit en tête calendrier des initiatives qui racontera l’histoire séculaire du canal, la connexion avec le Oltrepò Pavese, les écluses de Leonardo. Pas pour faire des affaires, mais pour faire de la culture. Il y aura un réaménagement de la route, un projet de modernisation de la route avec une piste cyclable qui arrivera de Milan au parc du Tessin “, m’a-t-il dit bien avant le boom des vélos et des scooters”, et des initiatives qui mettront en vedette le vin, le riz et les produits de la campagne Milanais “. Le plan était de commencer avec le Salone del Mobile, reporté à 2021, mais Na.Pa. il ne veut pas attendre et en octobre il commencera par une initiative avec le Consortium Buttafuoco Historique. Parce que le Naviglio à redécouvrir, c’est aussi les vins d’Oltrepò et l’excellence des environs de Milan.